30/09/2004

Mon Amour est Mort

Parlez-moi d’amour

J’en ai fait le tour

Où sont les beaux jours

Qui disaient toujours

 

Où est cette tendresse

Place à la tristesse

Fini les caresses

Et les nuits d’ivresses

 

Mon amour est mort

Que fait-on du corps ?

Jetez-le aux lions

Donnez-le aux serpents

Ou bien aux vautours

Qui me tournent autour !

 

Vraiment peu m’importe

Moi je prends la porte

Que le Diable m’emporte...



20:36 Écrit par Christ | Lien permanent | Commentaires (17) |  Facebook |

27/09/2004

Acte VIII

Et toutes ces questions qu’elle se pose,

C’est incroyable ce qu’elle ose

Peut-elle poursuivre cette chimère ?

Continuer son désir d’être mère

D’un enfant engendré dans le désespoir

Par le désamour d’un soir

Où elle a confondu le noir

Avec la couleur de l’espoir

 

Cruel est ton égoïsme

Lorsque l’amour vire au cynisme

Lorsque le piège se referme

Imagine que tu arrives à terme

Que l’enfant paraît

Et que tu n’es pas prête à l’adorer

Comme l’enfant doit être adoré

 

Parce qu’il te rappelle

Comme la vie était belle

Lorsque tu étais celle

Que son père désirait plus que tout

Et qui le rendait Fou...

 

Parce qu’il n’a pas réussi sa mission,

Parce qu’il ne porte même pas son nom !

Et cette douloureuse ressemblance

Qui sans cesse te rappelle son absence...

 

Si cet homme avait pu te choisir

Sans pour cela tant détruire

Ton bonheur serait tel

Que tu ne saurais le décrire...

 

 

 

 

 


23:01 Écrit par Christ | Lien permanent | Commentaires (39) |  Facebook |

26/09/2004

ActeVII

Elle ne sait plus quoi espérer

Peut-elle continuer à rêver ?

Elle fait ce rêve étrange et merveilleux

Que tout ira enfin pour le mieux

Qu’il finira par l’aimer

Attendri par la venue du bébé

 

Qu’elle comptera enfin un peu

Qu’elle se verra dans ses yeux

Elle rêve à un avenir heureux...

 

Elle n’ose pas lui en parler

Lui avouer

Qu’elle a voulu le piéger...

 

Elle ne veut pas comprendre

Qu’il n’y a plus rien à prendre

Qu’il n’est pas libre de ses choix

Qu’il en a perdu le droit !


16:49 Écrit par Christ | Lien permanent | Commentaires (31) |  Facebook |

22/09/2004

Acte VI

Heureuse de rien

Heureuse de vivre

Non plus de survivre !

 

Ce bonheur précieux

Où elle atteint les cieux

Ces instants volés

Ces moments cachés

Où elle peut sourire

Et parler du pire

Sans peur d’être jugée...

 

Ce bonheur intense

Sa belle arrogance

Et cette dépendance

Qui est sa délivrance

Et sa déchéance...

 

Ce bonheur maudit

Auquel elle s’accroche

Qui porte ses fruits

Le fruit interdit

D’un amour meurtri...


22:00 Écrit par Christ | Lien permanent | Commentaires (30) |  Facebook |

20/09/2004

Cette présence Divine

 

Il partage ma vie

Depuis si longtemps

Il m’aime tellement

Il guide mes pas

Et il croit en moi...

 

Je n’ose pas le dire

Ni même l’écrire

Il est invisible

Une si belle cible

Pour ceux qui ne croient

En la Sainte Bible

Je sais, c’est risible !

 

Pourtant il est là

Toujours près de moi

Alors peu m’importe

Qu’il existe ou pas...

 

Lorsqu’il y a urgence

Que viennent les souffrances

Je sens sa présence

Et sa bienveillance

Est-ce de la démence

Ou de l’ignorance ??

 

Laissez-moi cette chance

La chance d’y croire

Pour garder l’Espoir 

Même lorsqu’il fait noir 

Qu’il est déjà tard...

 

22:15 Écrit par Christ | Lien permanent | Commentaires (13) |  Facebook |

19/09/2004

Rien de grave...

Je ne sais plus quoi écrire

Je ne sais plus de quoi vous parler

Je ne sais plus quoi vous raconter...

 

Et si je dis que tout va bien...

De vrai, il n’y aurait rien !

Et si je dis que tout va mal...

De toute façon rien de fatale !

 

La vie poursuit son cours...

Les mêmes crimes se perpétuent,

Les mêmes guerres qui continuent,

Des hommes qui s’entretuent...

Et des enfants qui paient l’errance

De cette humanité trop humaine

Qui chaque jour se déchaîne...

 

Et cette pauvre fille

Qui ne pense qu’à elle-même,

A tous ses petits problèmes,

A ses illusions perdues,

A ses rêves déchus...

 

Autant dire que tout va bien

C’est le train-train quotidien...

 



18:12 Écrit par Christ | Lien permanent | Commentaires (16) |  Facebook |

16/09/2004

Ne me quittes plus!!!

Ce soir, je ne dors pas,

J’ai besoin d’un peu de chaleur

Pour réchauffer mon cœur

Envie d’un peu de bonheur

Et de sentir ta douceur !

 

Je rêve encore de tes baisers

Si enflammés,

De tes caresses si passionnées,

De tes gémissements spontanés,

De ton corps fébrile,

De ta force virile,

De tes mains habiles...

 

Je t’en supplie

Ne pars plus jamais en exile

Cesse de m’être hostile

Arrêtons d’être puérils

Et poursuivons notre douce idylle...

 

 



23:02 Écrit par Christ | Lien permanent | Commentaires (17) |  Facebook |

15/09/2004

Scène de ménage...

 

Ce soir, tu me l’as encore dit

On se sépare et puis c’est tout

Demain je te le rappellerai

Et tu diras que ce n’est pas vrai

Que j’ai tout inventé...

 

Tu installes le doute en moi

Comme autrefois

Que dois-je penser ?

As-tu cessé de m’aimer

Pourtant tu es là

Peut-être parce que tu n’oses pas ?

Sans doute as-tu encore besoin

De te sentir en danger

Pour recommencer à m’aimer ??

Si c’est le cas dis-le moi

Avant que je fasse n’importe quoi...

 

Tu te permets de me faire des reproches

Et c’est là que moi je décroche

C’est une  bien drôle d’approche

Pour que l’on se rapproche

 

Alors si tu veux encore qu’à

Notre histoire je m’accroche

Que de toi je me sente  proche

Dis-moi ce qui cloche

Avant que tout s’effiloche...

 

Je n’envisage pas ma vie sans toi

Cela me plongerais dans un tel désarroi

Mais si tu ne m’aimes pas

Je n’ai plus vraiment le choix...

 

 

 

22:34 Écrit par Christ | Lien permanent | Commentaires (13) |  Facebook |

Suspicion...

Tu m’accuses de trahison

Tu crois que je pourrais

Me venger de tout ce que

Tu m’as fait endurer...

Tu penses tout cela de moi,

Et je n’en pense pas moins de toi

 

Tu dis peut-être cela pour rigoler

Un jour, je m’en lasserai

Alors peut-être que je le ferais

Tu l’auras bien cherché

Ne t’inquiètes pas, je te le raconterai

Pour être sûre de te blesser...

 

Maintenant, je veux qu’on me laisse en paix,

Qu’on me laisse un peu respirer...

De toi, je ne veux que des mots tendres

Et non pas avoir à me défendre

Je veux juste que tu me fasses encore l’amour

Et que tu arrêtes de me soupçonner chaque jour,

Alors seulement, je pourrais t’aimer en retour !

 

 



15:31 Écrit par Christ | Lien permanent | Commentaires (11) |  Facebook |

14/09/2004

Merci

Alyzée
vous remercie
pour
vos souhaits

17:08 Écrit par Christ | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

13/09/2004

alyzée

Aujourd’hui, c’est la fête à la maison

Mon petit Trésor a deux ans

Elle s’appelle Alyzée

Et est Belle comme une petite poupée

C’est une vraie petite chipie,

Mais elle est le soleil de ma vie

Elle a des grands yeux verts,

Ils ont la couleur de la mer

Elle sait déjà s’en servir

Pour mieux nous asservir

Car mademoiselle nous mène

A la baguette

Même si elle n’est encore

Qu’une fillette...



22:07 Écrit par Christ | Lien permanent | Commentaires (13) |  Facebook |

12/09/2004

1986

Puisqu’on est dans les confidences,

Je vais continuer...

J’ai donc connu mon mari en 86,

Il me plaisait tant, c’était un artiste,

Un rebelle, un si beau garçon....

(il l’est toujours d’ailleurs)

 

Et moi je me prenais pour une grande

Maquillée, habillée sexy, c’est sûr,

On ne pouvait pas me rater...

A l’école on me traitait de pute

Et moi j’étais encore vierge,

Mais cette réputation ne me déplaisait pas...

Alors, je laissais croire et puis j’avais

Ma bande, nous on était super cool,

On l’avait déjà fait même si ce n’était pas vrai !!!

 

Pour un peu, on venait me demander des conseils...

Il faut dire que j’étais au Sacré Cœur, un lycée catholique

Et quand mon homme est venu me chercher à la sortie

Des cours, cela a été un scandale !!!!

 

Ils ont fait venir ma mère !!!Comment étais-ce possible

Une toute jeune fille de 14 ans avec un homme de 19 ans,

Ils ont demandé à ma mère de réagir et le directeur a fait

Venir un psychologue rien que pour moi ...

A suivre...

 

 

 

23:41 Écrit par Christ | Lien permanent | Commentaires (11) |  Facebook |

10/09/2004

A toi,

Il m’arrive parfois d’oublier à quel point, je t’aime

C’est qu’il y a si longtemps que tout a  commencé ;

Te souviens-tu ce 24 mai 1986  au  GB de Wemmel ?

Que  du chemin parcouru...

Je sortais à peine de l’enfance, j’avais 14 ans, presque 15 on va dire...

J’ai prétendu en avoir 17, c’est vrai j’ai menti, je l’avoue et je ne le regrette pas !

Toi qui est aujourd’hui mon mari, Toi qui m’as donné 2 beaux enfants

Es-tu conscient d’avoir sauvé ma vie ???

Sans toi, je n’étais rien, j’errais dans  la vie sans joie, sans amour

J’étais perdue, j’étais seule et le désespoir me hantait...

A toi ma Vie, j’aimerais te dire qu’après toutes ces années,

Je t’aime plus que jamais...

 



00:35 Écrit par Christ | Lien permanent | Commentaires (20) |  Facebook |

08/09/2004

Christ

Décidément, je ne m’aime pas,

Je ne me supporte pas...

Je me déteste

Je suis vraiment une petite peste

Je m’agace

D’être une vraie garce

Je vous la joue gentille

Mais je suis en fait une chipie

Je n’ai rien de joli

Je ne suis même pas polie...

 

Je ne suis qu’une triste actrice

Et la folie, je frisse

De devenir spectatrice

De cette fille que je méprise

Qui agit en mon nom

Sans jamais dire pardon...

 

Elle s’est appropriée de moi

Et me fait faire n’importe quoi

Mais je suis là, j’existe,

Dans son inconscient, je subsiste,

La vraie Christiane

Qui aime

Et ne peut faire de peine

Si ce n’est qu’à elle-même...

 

 



13:23 Écrit par Christ | Lien permanent | Commentaires (12) |  Facebook |

07/09/2004

Les choses de la vie

Lorsque je l'ai appris
Que tu m'avais trahi
Je ne l'ai pas bien compris
Et ne m'en suis pas remis
Passaient les jours et les semaines
Et grandissait en moi la haine
J'ai songé tout quitter
Et puis même à me venger
Mon coeur était fané
Mon âme était brisée
Ma vie entière se terminait
J'allais dépérir et puis mourir
Je n'en pouvais plus de souffrir...
Et puis...
Et puis plein de choses...
Et l'on renaît à la vie
Le destin se charge de ton apprentissage
Il ouvre une porte de ta cage
Et puis toi, tu choisis d'y rester
Et si possible pour une éternité...
Et si je ne sais pas bien ce que je veux,
Je sais surtout ce que je ne veux plus...

 



12:26 Écrit par Christ | Lien permanent | Commentaires (14) |  Facebook |

05/09/2004

Acte V

Et je rêve de lui

Presque toute la nuit,

Dans mes fantasmes,

Je m’enfuis...

Dans mon sommeil,

Il m’aime

Il n’y a plus de problème

Plus le moindre dilemme

 

Mais la réalité,

Cette fatalité

C’est qu’il est loin de moi,

Qu’il dort dans d’autres bras

 

Et moi je suis là,

J’accepte tout cela

Je lui cède mes charmes

Et ravale mes larmes

Lorsqu’il en a envie

Qu’il me fait un signe

Et je me résigne

A violer mon âme

Devenir l’infâme

A trahir ces femmes

Derrière qui l’on trame

Qui partagent mon drame...

 

               



20:26 Écrit par Christ | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

03/09/2004

ActeIV

Un vent de bonheur

Réchauffe son coeur

Elle l’a vu au matin

Près du petit chemin

 

Envolée sa douleur

Pardonné ses erreurs

Oubliée sa rancœur

C’est qu’elle l’aime encore

Alors des maîtresses,

Il peut en avoir cent

Ou être innocent...

Elle ne sait qu’une chose

Que son cœur explose

Quand paupières closes,

A elle, il s’impose

C’est l’apothéose !

Un plaisir grandiose

La métamorphose

Et la rend si belle

Bien plus sûre d’elle...

 

Alors elle supplie,

Elle est prête à tout,

Elle se met à genoux

Pense à ses faiblesses,

Lui fait des caresses,

Approche ses lèvres,

Son amant s’enfièvre

L’arrose de plaisir

Et la fait jouir...

 

Elle ne peut l’admettre

Elle défie son être

Elle est pire que tout

Rester avec ce fou !!!!!



09:24 Écrit par Christ | Lien permanent | Commentaires (12) |  Facebook |

01/09/2004

Acte III

Encore une fois,

La douleur la tenaille

Le chagrin l’assaille

La rage l’étouffe

Les remords l’épousent

 

Et la même question qui résonne :

« Suis je quelqu’un de bien ? »

Et sa voix intérieure qui sermonne

Tu n’es pas quelqu’un de bien

Tu n’es qu’une moins que rien !

Tu es seule coupable

D’avoir cru à une fable,

En ce misérable trop irresponsable

Tout es de ta faute

Tu l’as bien cherché

Tu as voulu jouer

Tu as tout transgressé,

Laissé progresser

Tous ces sentiments

Et tes vieux serments,

Envoyés aux démons

N’ont servi à rien !

 

Maintenant qu’il te laisse,

Il faut passer à la caisse

Payer l’addition

Sans réclamation…



23:14 Écrit par Christ | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook |

La femme de Don Juan

Et tu es jalouse

De cette force qui le pousse

Dans les bras d’autres femmes

Qui le mènent dans l’enfer

Des plaisirs de la chair

 

Et tu es jalouse

Alors, tu le repousses

Tu fais vraiment la peste,

C’est que tu le détestes

Pour le mal qu’il te fait

Parce qu’il est imparfait

Parce qu’il voudrait t’aimer

Comme tu le mérites

Mais c’est qu’avec le temps

Ton désir pour lui s’effrite

Alors, il vagabonde

A en devenir immonde

Et toi tu le délaisses

Pour ses histoires de fesses

 

Et tu es jalouse

De ce libertinage

Tu enrages

Et puis tu envisages

De plier ton bagage

Tu en as assez du mirage

Qui te tient en otage

Auprès d’un homme volage

Alors que toi, tu es si sage

 

Et tu es jalouse

De ces femmes de passage

Alors, tu songes à partir

Loin vers d’autres rivages

Et enfin tourner la page

Ne plus voir son visage

 

Et puis, tu réfléchis

Et la vérité te meurtris

Ce que tu l’aimes encore

Et toujours aussi fort

Malgré ses nombreux torts

Et son manque de remords…



11:31 Écrit par Christ | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |